Aime la question politique

Si la politique est un art, son marketing est probablement l’incontournable agent d’élection.
Il n’y aura pas d’élus sans communication efficace, c’est à dire sans un message qui parle au plus grand nombre, en distribuant les promesses et les analyses attendues inconsciemment à ce moment précis.
Le sens de l’à-propos, du slogan, de la photo et de l’usage des médias sociaux sont autant d’atouts qui feront la différence entre les meilleurs et les autres.
Mais, si les français ont emprunté massivement le chemin des urnes aujourd’hui, est-ce pour voter par conviction politique profonde ou pour répondre par un bulletin à une situation conjoncturelle en espérant préparer au mieux l’avenir ? Est-ce pour être en phase avec des valeurs ou mettre aux manettes le plus capable de défendre leurs intérêts ? Heureux ceux qui réussissent à combiner harmonieusement les deux points de vue.

Mon avis ?
C’est l’équipe de communicants et la capacité de leur candidat à incarner leur stratégie qui font basculer ceux capables de changer d’avis, donc ceux qui remettent en cause leurs positions à chaque élection.

Alors : le changement c’est maintenant ou la France forte ?

 

Share on TwitterShare via email

aime le digital citoyen… pour les devoirs, mais aussi pour les droits !

En cette période d’implication citoyenne forte le côté archaïque de notre méthode de vote me saute aux yeux : on peut déclarer et payer ses impôts ( et PV ) sur Internet, mais pas voter !

Alors quoi ? La situation analogique est définitive ?
Je ne peux le croire, en revanche je ne comprends pas pourquoi aucune solution n’est envisagée sérieusement.
En 2002 déjà, après l’éclatement de la bulle Internet, des hommes politiques français (dont André Santini) militaient pour le vote électronique, faisant avancer du coup l’ensemble de la réflexion sur la e-démocratie.

Les réseaux sociaux sont cette année un formidable relai de l’élan citoyen : le status facebook « a voté » est sans doute partagé aujourd’hui par plusieurs millions de personnes en France.

Twitter, avec son hashtag #radiolondres n’est pas en reste, puisqu’il relai plusieurs centaines de tweets à l’heure concernant ce premier tour des présidentielles.

Allez : je vote pour que le prochain président s’intéresse aux nouvelles technologies dans l’implication et la participation des français à la démocratie.

 

Share on TwitterShare via email