aime quand ça bouge dans le CRM

Une des façons de tirer partie du digital est de faire progresser son CRM (management de la relation clients). Je dis ça je dis rien, mais en même temps aujourd’hui, ma discussion avec une directrice marketing d’un leader mondial de la beauté m’a emmené à conclure : le CRM est la finalité du Marketing Digital. Tout ça pour ça a-t-elle rajouté en acquiescent.

Bon on est d’accord, mais est-ce que cela existe autour de moi ?

Oui : ce matin dans l’avion un membre de l’équipage a interviewé quelques passagers précisément car ils n’étaient pas dans le programme de Fid. C’était bien fait, avec une tablette, et les passagers identifiés précisément ne résistaient pas à remplir le formulaire d’inscription en live sur la tablette tendue pour l’occasion.

NON : ce soir dans mon canapé au moment où je suis sympa en répondant à un questionnaire de satisfaction d’un organisateur d’événements et où le message d’erreur qui a suivi mon enregistrement m’a laissé pensé que le digital n’était pas encore un « utilities ».

A suivre…

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge à Paris

Et je parle de digital (pas de foot).
Ce mercredi se tient le sommet de l’innovation numérique organisé par l’EBG.J’y serai pour 4 raisons :

1/ c’est un grand rendez vous qui permet de faire le point, networker, s’inspirer et aussi prendre le risque de croiser des gens passionnants.
2/ gfi est sponsor, et je vais donc représenter l’agence digitale du groupe durant cette journée, avec mes collègues du comex et de l’innovation
3/ nous avons un des 4 stands sur ce site pour parler un peu de nos réalisations
4/ c’est à Paris, espace Pierre Cardin, ce qui est tout de même assez pratiqueJ’espère sincèrement vous y croiser !

 

 

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans les selfies

Phénomène de masse sur lequel nous savons maintenant mettre un nom, le selfie est devenu une pratique que les agences ont préemptée pour digitaliser quelque peu les événements de leurs clients. Et c’est très bien… mais parfois le bon sens est laissé sur le côté et cela dérape.
L’horror story du moment, le bad buzz, la crise de communication est aujourd’hui décernée à la BCE et son concours de selfie avec le nouveau billet de 10€.
Désolé, la sphère digitale n’est pas totalement remplie de bénis oui oui qui font ce qu’on leur dit sans réfléchir ;-)

@ecb seront vos critères de recherche sous twitter si vous souhaitez voir le massacre

Je vous en ai sélectionné un pour la route

Comme dirait l’autre, avant de valider un plan de comm, prenez un peu le temps de réfléchir aux éléments de contexte.

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans l’omnicanal

Du multicanal à l’omnicanal… est-ce une histoire de marketeux qui cherchent à continuer d’exister en démodant le concept d’hier ou y a-t-il une vraie différence pour le consommateur et donc pour le commerçant ?

Je viens de le vivre à mes dépends ce qui a eu le don de me frustrer. Retour sur une banale horror story d’un samedi à Paris

Je cherche un objectif pour mon appareil photo qui a quelques caractéristiques techniques bien précises. Après avoir surfé sur les sites de commerce en ligne (priceminister et autres) et n’avoir vécu aucune expérience utilisateur sympa (euphémisme) je décide de me faire un revival rue Beaumarchais. (la rue des magasins spécialisés dans la photo neuf et occasion, à Paris, et où j’ai souvent dépensé mon argent de poche à l’époque ou j’étais en MJC à faire mes tirages noir et blanc). // j’aime cette phrase que mon fils ne peut pas comprendre //

Je trouve l’objectif et le commerçant passionné dès le début du boulevard, chez images-photo. Je le tiens entre mes mains, il est d’occasion deux fois moins cher que neuf. Je vais me l’offrir !

Mais après avoir créé ma fiche client et taper sur toutes les touches de son clavier durant 10 bonnes minutes, le brave monsieur m’annonce qu’il ne peut pas me vendre cet objectif. « Aille, il est déjà vendu, sur Internet ».

Ma frustration est à son comble, je me contrôle, je quitte la boutique en moins de 30 secondes sans esclandre, juste pour respirer et penser à tout cela.

Je viens d’être victime du multicanal non maitrisé et le commerçant vient de perdre définitivement un client qui n’est pas près de cicatrisé. (enfant gâté moi ?)

Mais bon sang, quand on vend en ligne et en boutique, on doit au moins mettre à jour ses stocks non ? Et ceci dit, en passant, quand on fait des sites marchands on pourrait y mettre un peu de passion aussi !
Bref, chers amis commerçants, il faut passer du multicanal en silot à l’omni canal avec une efficacité et un plaisir de consommer sans frontière et même le dimanche. Mais attention, au moindre bugg virtuel ou irl, le client zappe et vous ne le retrouverez plus.

 

 

 

Share on TwitterShare via email