aime quand ça bouge dans le cloud… ou pas

Et si on était en train de marcher sur la tête ?
Si on était en train de laisser voter une loi qui va faire perdre toute confiance dans le cloud français ?

Mardi prochain le Sénat va autoriser la loi de programmation militaire à écouter en temps réel les conversations internet en accédant sans autres formalités aux données stockées par les FAI et les hébergeurs. Là où PRISM (NSA) s’attaque en principe seulement à la lutte contre le terrorisme, nous nous apprêtons à élargir le champ des possibles à tout le web.

A mon avis seuls les juges devraient pouvoir ordonner ce genre de surveillance des libertés individuelles, et non les ministères, la police et la gendarmerie. Comme dirait Pierre Louette, président de la Fédération française des télécoms, et directeur exécutif d’Orange. «La main du législateur doit être tremblante quand elle se rapproche comme cela des libertés publiques»
On est en train de décrédibiliser nos systèmes d’information et l’économie qui en découle. Après avoir voulu taxer le cloud computing (rapport Lescure) on veut maintenant le rendre transparent… euh c’est un des seuls secteurs en croissance !

En conclusion, les entreprises vont sans doute délocaliser leur gisement de données et leurs budgets en conséquence. On ne viendra pas se plaindre !
Fleur Pellerin va sans doute réagir, après avoir défendu le choix de l’état d’investir dans deux projets (CloudWatt de Orange et Thalès et Numergy de SFR et Bull) il serait étonnant qu’elle laisse quelques ignorants tuer la filière. #jdcjdr

 

 

Share on TwitterShare via email