aime quand ça bouge dans les réseaux sociaux d’entreprise

On en parle depuis 2 ou 3 ans, promettant que c’est l’avenir de l’intranet corporate ou du moins de l’annuaire d’entreprise. Le fameux réseau social d’entreprise souvent appelé le « facebook interne » est trop souvent un flop ou tué dans l’oeuf par crainte de baisse de productivité ou de dispersion des collaborateurs de la nouvelle génération.

Notre analyse, après quelques années de recherche avec nos clients, et que la clé est dans l’hybridation de l’intranet hiérarchique et du réseau social grand public. Un système qui permet donc une communication descendante, des groupes de travail naturels liés à l’organisation en place, mais également la souplesse et la modernité du RSE 2.0 laissant place à la créativité et à une nouvelle approche de l’accès à l’information.

Cette double réponse satisfait à l’usage les directeurs et les managers qui ont besoin d’affecter des ressources, des tâches, donner des grilles de lectures aux collaborateurs, organiser les grands projets, d’une part. Et d’autre part donne entière satisfaction aux nouveaux usages de type participatifs (innovation salariée, connexion entre collègues, création spontanée d’espaces de travail collaboratif, …)

Donc notre avis est que la vérité était une fois de plus à mi chemin entre les conservateur et les révolutionnaires. La méthode des petits pas et de la preuve par l’usage restera donc la nôtre de ce point de vue.

Share on TwitterShare via email

aime quand le community management est un sujet cac40

J’ai eu le plaisir d’assister avec quelques autres (un vrai succès pour communication & entreprise) à un exposé sur le sujet hier matin.
C’est tout frais. Et j’en suis encore un peu perplexe…
Comme dirait l’animateur de cette réunion en s’adressant aux deux intervenants en fin de présentation :  » c’est quoi votre conclusion ?  »

C’est dur mais en effet, j’ai plus l’impression d’avoir assisté à un retour d’observations qu’à un décodage de situation. Après tout ce n’est pas grave, j’y ai rencontré des gens super sympas !

Je vous livre tout de même ici les branches signifiantes de mon mindmapping :

  • le CM du CAC40 est un triptyque : PDG+DirCom+Entreprise
  • l’empreinte numérique est une formule volumique : (présence forums, blogs, twitter, réseaux sociaux) x (niveau de présence) x (niveau d’activisme)
  • certains DirCom sont présents dans le monde 2.0 sur le plan perso (exemple donné de celui de BNP Paribas), d’autres sur le plan pro (exemple Société Générale) et pourtant la formule de calcul fournit par l’agence présente donne le poids du premier supérieur à celui du second (son activisme étant beaucoup plus prononcé, même si c’est sur des sujets perso, bref là j’ai commencé à douter)
  • digital = web+mobile+social (là c’est plus de la moitié de la salle qui a douté)
  • la valeur d’un site web corporate c’est du contenu, des médias sociaux, du service en ligne (content, digital, service)
  • flash est abandonné par les sites corporate (reste 3%)
  • facebook : on peut faire du corp sans parler produit en trouvant un sujet qui intéresse votre audience (exemple du sponsoring)

voilà…

Ce qui a particulièrement intéressé les dircom ce sont les tableaux de classement avec des critères et des formules obscures et très contestables (ce qui n’a pas manqué d’être fait). Je les mets en ligne puisqu’ils intéressent les DirCom mais je compte sur vous pour ne pas vous mettre en colère… ou alors contre l’agence qui en est l’auteur. Pour ma part je me demande s’ils ont l’autorisation de publier en conférence et sur le net les résultats de cette étude… Allez, on en parle

donc ici la qualité de votre site web corporate selon Tekila Rapido (zut j’ai lâché le nom)

et là, l’influence ou l’empreinte de votre dircom

 

 

 

Share on TwitterShare via email