aime quand ça bouge dans les quotes

C’est drôle, ces petites phrases inspirantes qu’on croise du regard dans les bureaux de la Bay Area, ayant pour but de créer un état d’esprit, une ambiance.

Que ce soit dans les bureaux de start’ups, ou à Stanford, cet élément de décoration à la mode donne du sens.

the only way to do it is to do it

Stanford : the only way to do it is to do it

Je pense qu’un bon concours de slogans pourrait animer un séminaire de managers, pour aller plus loin que la recherche des valeurs communes d’une entreprise.

 

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans les selfies

Phénomène de masse sur lequel nous savons maintenant mettre un nom, le selfie est devenu une pratique que les agences ont préemptée pour digitaliser quelque peu les événements de leurs clients. Et c’est très bien… mais parfois le bon sens est laissé sur le côté et cela dérape.
L’horror story du moment, le bad buzz, la crise de communication est aujourd’hui décernée à la BCE et son concours de selfie avec le nouveau billet de 10€.
Désolé, la sphère digitale n’est pas totalement remplie de bénis oui oui qui font ce qu’on leur dit sans réfléchir ;-)

@ecb seront vos critères de recherche sous twitter si vous souhaitez voir le massacre

Je vous en ai sélectionné un pour la route

Comme dirait l’autre, avant de valider un plan de comm, prenez un peu le temps de réfléchir aux éléments de contexte.

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans la comm

Depuis plusieurs années Awak’iT est partenaire de la conférence annuelle des directeurs de communication organisée par DII. Ce mois ci mon intervention a consisté à donner quelques tendances de la communication corporate, ou les gros mots de la comm.

A lire sur slideshare (et ne me dites pas que vous n’êtes pas adeptes de slideshare)

http://www.slideshare.net/EricBlot/tendance-de-la-comm-corporate

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans le content… is king !

Un petit déjeuner en phase ce matin, avec le dircom d’une grande entreprise française. L’important c’est le contenu !
Et oui, et pas seulement sur les vecteurs digitaux mis en place pour nourrir la stratégie de comm interne, de brand marketing, de marque employeur, … mais aussi dans la mise en oeuvre d’événements.

Ah !

Le café peut être tiède, j’ai un partenaire chaud bouillant pour ce brunch parisien, et j’aime ça. Ce ne sera pas une partie de contradiction, mais bien un set de surenchères au service de la valeur de nos engagements respectifs : lui en tant qu’annonceur, moi en tant qu’agence.

Alors oui, les lieux, les petits fours, la scénographie, la chaleur de l’accueil et la couleur des badges sont parties prenantes à la réussite d’un événement, mais point besoin de talents : c’est du domaine des « utilities ».
En revanche : quel contenu, pour quel usage, quelle démultiplication, quel engagement du public, et donc quelle suite à ce moment éphémère sera donnée par le public mobilisé à l’instant T ? C’est bien la question qu’il faut se poser à chaque fois, quand on a répondu à celle plus fondamentale : WHY ?

Pourquoi je suis là et pourquoi je fais ce job ?
Pour contribuer à la réussite de cette aventure fabuleuse qu’est l’entreprise pardi.

Notre conviction ce matin était donc que pour y parvenir il faut créer du sens et mettre les publics en mouvement dans la bonne direction.
Je suis comblé, de valider une fois de plus les partis pris de l’agence : content+digital+event

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge dans la comm digitale

C’est parti : les inscriptions sont ouvertes pour la 2eme Conférence Annuelle « Directeur Communication », organisée par Dii en partenariat avec AWAK’IT le 26 septembre prochain ! Vous pourrez bénéficier de 13 retours d’expérience d’acteurs majeurs comme COCA COLA ENTREPRISE, SFR, BARCLAYS, RENAULT, ALSTOM GRID, GALDERMA, BOUYGUES IMMOBILIER….En tant que fidèle lecteur de ce modeste blog, profitez de 50% de réduction sur votre inscription en cliquant ici.

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge sur les réseaux sociaux

Alors quoi ? Vous n’avez pas encore votre avatar sur Bitstrips ?

Vous ne faites pas partie de ceux qui surfent sur Facebook pour rester connectés avec vos amis ? Dans le cas contraire vous avez forcément aperçu cette vague de BD sur les wall des utilisateurs. Avec l’application Bitstrips, particulièrement bien réussi sur smartphone, vous créez des planches de bandes dessinées dont votre avatar (et vos amis) sont les héros.

Comme le dirait David Peyron, cette mode de l’avatar vise à la différenciation de soi sur le web. Un peu comme les services clients des grands e-marchands humanise des moteurs de questions réponses automatiques.
Sauf que là c’est drôle (si les auteurs sont bons)

Déjà certains étudiants font leurs CV en bitstrips.
Les cartes d’anniversaire et de thanksgiving ont fleuri massivement.
La question est peut être de savoir si cela passera l’hiver pour atteindre la période des cartes de vœux. Je parie que oui.

Alors et vous ?

bitstrips

 

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge en comm politique

C’est lors d’un dîner, sans doute un peu arrosé, en charmante compagnie de spécialistes de la comm corporate ou financière, que le défi m’est lancé : décoder le plan de comm de crise mis en oeuvre par J Cahuzac.

Voici donc en substance une vision, qui n’engage que moi, mais bon… je me suis forgé cette opinion le jour où l’on apprenait que JC venait de présenter ses excuses au gouvernement pour leur avoir menti.

Les grands spécialistes de la communication de crise politique (S. Fouks et A. Hommel) n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils conseillent semble-t-il leurs clients (DSK déjà avant JC) de nier en bloc durant plusieurs semaines, tenir le plus longtemps possible, avant d’avouer en présentant leurs excuses à la leur famille, à la France, à leur confrérie, au monde politique et surtout à tous ceux de leur camp. Ces derniers pourront alors sortir propres du scandale en commentant les excuses et en jouant les étonnés ayant toujours cru en l’innocence de l’accusé repentant.

C’est imparable en terme de communication, sauf quand c’est du serial process.
La même équipe et le même sélectionneur joue la même partition, alors cela fini par se voir.
DSK et JC sont grillés, mais le parti est sauf et on ne constate aucun dommage collatéral. Honnêtement je ne comprends pas les commentateurs qui disent que Fouks s’est loupé ou que Hommel n’était pas la bonne personne pour rédiger les aveux et coacher ses clients.

Voilà, mi avril, comment je lisais l’actualité qui faisait grand bruit cette semaine là.
Informer n’est pas communiquer dirait Dominique Wolton (du CNRS), et puis il rajouterait sans doute que la consanguinité journalistes-politiques n’est pas bonne pour la démocratie :-)

Quinze jours plus tard, alors que je partage avec vous cette vision du scénario de comm et des éléments de langages qu’on nous a distillé avec un plan relation presse bien huilé, il y a un micro rebondissement dans le monde de la comm : c’est là que ça bouge en fait.

Hommel a monté sa boite, elle ne fait plus parti de l’équipe des mousquetaires de Havas,
et Fouks est officiellement placardisé. Yannick Bolloré déclarant que Havas cesse la communication politique.
Donc Havas (ex Euro RSCG) déciderait de sauvegarder son image auprès de ses clients entreprises ? Ou est-ce la divergence de sensibilité politique entre Bolloré et Fouks qui est la raison de cette fin brutale ?

Allez, je tente un pronostique : la série n’est pas terminée. Il y a une saison 3.
Après DSK et Cahuzac d’autres pourraient suivre. D’ailleurs dans le petit monde de la comm, les noms fusent, et souvent les mêmes, comme un refrain. Et là les gourous de la comm, les spin doctors, devront se réinventer, forcément.

Et puis au fait, 76% des français n’ont plus confiance en la politique. This is it !

 

 

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge avec L’Oréal et Air Liquide

Bon, on est fiers tout de même, de la confiance que L’Oréal et Air Liquide nous témoignent depuis quelques années. On est fiers aussi que nos productions soient reconnues comme exceptionnelles par un jury TOPCOM de directeurs de comm, marketing, RH des plus belles entreprises françaises.

 

Share on TwitterShare via email

aime quand ça bouge au TOPCOM

Président d’une agence de comm, j’ai quelques obligations, dont celle d’aller chercher régulièrement des récompenses publiques pour des projets annonceurs.
Les TOPCOM sont un incontournable du genre… voilà 10 ans que la vie se répète pour moi. J’ai donc décidé d’en faire un résumé en 4 clichés noir et blanc pour exprimer l’humeur du moment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mais non, je déconne…
je suis comblé, je propose qu’on fête cela jeudi et qu’on en profite pour enregistrer notre Harlem Shakawak’iT

Stay tuned

Share on TwitterShare via email